(Jerusalem aucune mention palestinienne) passe a ton voisin!

Publié le par elie

Voici un message envoye a l'encyclopedie Atlas par Alain Michel.

Madame, Monsieur,
je viens de rentrer dans votre dossier consacre a Jerusalem. Je n'ai pour l'instant consulte que la premiere page, intitulee "un enjeu politique".
J'ai ete immediatement stupefait des erreurs historiques graves qui s'y trouvaient et dont voici la liste:

1) Vous ecrivez: "En 1947, le partage de la Palestine par les Nations unies laisse deja de cote Jerusalem. L ONU fait de la ville une zone sous statut international, qu elle est censee administrer, mais la guerre dindependance, en 1948, fournit a Israغl l occasion d en conquerir la partie ouest, la partie orientale restant sous controle jordanien. C est seulement en 1967, lors de la guerre des Six Jours (voir dossier sur le conflit israelo-arabe), qu Israel occupe Jerusalem-Est, peuplee alors uniquement de Palestiniens. "

Les erreurs: C'est dans le plan de partage de la Palestine qu'il est prevu de faire de la ville une zone sous statut international et non, comme le suggere votre phrase, apres. L'onu n'a jamais essaye de concretise sa decision et a laisse les combats se derouler dans la ville depuis le vote
du 29/11/47 (avec la complicite anglaise). Les representants israeliens ont demande a plusieurs reprises a l'ONU d'envoyer des delegues et de proteger la population juive de la ville. Israel s'est donc emparee des positions anglaises dans la nuit de l'independance, en mai 1948, pour remplir le vacum laisse par le depart de ces memes anglais, faute de quoi, les
quartiers juifs qui se trouvaient a l'Ouest de la ville auraient ete envahis. En effet, Jerusalem orientale n'est pas "restee sous controle Jordanien" mais les Jordaniens ont envahi la Palestine le 15 mai et se sont empare de la partie orientale.

Lorsqu'Israel a conquis la partie est de Jerusalem en 1967 (a la suite de l'attaque de l'armee jordanienne, et malgre les demandes israeliennes de neutralite transmises par les americains) cette partie etait peuplee de Jordaniens, car tous les Palestiniens de la rive occidentale avaient recus obligatoirement cette nationalite.De plus, s'il n'y avait que des Jordano-palestiniens du cote oriental, c'etait du au fait que les Juifs avaient ete chasses par l'armee jordanienne en 1948 (notamment du quartier juif de la vieille ville).

2) Vous ecrivez: "En 1980, l'Etat hebreu transfere sa capitale de Tel-Aviv a Jerusalem, « indivisible » selon les termes de la loi fondamentale du 30 juillet 1980. Le Conseil de securite des Nations unies, par la resolution 478, declare cependant cette decision nulle et non avenue. Pourtant, la Knesset, le Parlement israelien, y est installee, et la ville s'impose comme le veritable centre politique de l'Etat. De leur cote, les Palestiniens rappellent en toute occasion - et notamment lorsque Yasser Arafat manifeste son intention de proclamer en septembre 2000 un Etat palestinien - qu'ils veulent Jerusalem pour capitale."

Vos erreurs: Jerusalem-ouest est devenu en decembre 1949 le siege de la Knesset, qui a proclame en janvier 1950 (et retroactivement) Jerusalem capitale d'Israel depuis l'independance. Il n'y a donc jamais eu de transfert de Tel Aviv a Jerusalem puisque Tel-Aviv n'a jamais ete la capitale de l'Etat. Toutes les institutions politiques de l'Etat s'y sont
installees au debut des annees 50 (a l'exception du ministere de la defense, pour des raisons strategiques) et donc bien avant la guerre de 67 ou que l'annee 80. Le 27 juin 1967, le parlement israelien a declare Jerusalem reunifiee. La loi de Jerusalem, votee en juillet 1980 par la Knesset, a seulement confirme, aux yeux des israeliens, le fait que la ville etait une et indivisible, et a reaffirme la liberte de culte pour toutes les religions.

La charte palestinienne du 2 juin 1964 ne dit pas un mot de Jerusalem. La nouvelle charte, decidee par le Conseil national palestinien en juillet 1968, ne comporte pas non plus de mention de Jerusalem. Il en est de meme de la declaration du comite central du Fatah du 1er janvier 69, qui definit les principes du futur Etat palestinien, de meme en ce qui concerne le
programme politique en 10 points du 12e conseil national palestinien (9 juin 74) ou le programme politique en 15 points du 13e conseil national palestinien du 20 mars 1977. En fait, jusqu'au debut des annees 80, jamais les Palestiniens ou les arabes n'ont donne une place speciale a Jerusalem dans leur declarations officielles. La premiere vrai mention est dans le
plan Fahd de 1981.

3) Vous ecrivez: "Depuis 1967, la municipalite - qu'elle soit travailliste, comme au temps de Teddy Kollek ou conservatrice, avec le maire actuel, Ehud Olmert, issu du Likoud, le parti de la droite israelienne -, a toujours encourage l'implantation de quartiers juifs jouxtant la partie arabe de la ville. Ainsi, en 30 ans, une quinzaine d'anciens villages palestiniens ont ete annexes (par l'expropriation ou la destruction des maisons) et dedies a la construction de nouveaux quartiers juifs. L'operation consiste a isoler Jerusalem-Est de la Cisjordanie voisine"

Vos erreurs: Ce n'est pas en 30 ans que ces 15 villages (je ne suis d'ailleurs pas certain du nombre) ont ete annexes, mais lors de la delemitation des frontieres municipales a la fin des annes 60. Ces villages existent toujours, ils se sont meme developpes, mais ils font partie de la
municipalite de Jerusalem en tant que quartier. Il est vrai que les quartiers construits par les Juifs l'ont ete de maniere a garantir que la ville ne soit pas redivisee, mais aucun de ces nouveaux quartiers n'a ete construit sur des maisons arabes qui auraient ete detruites. C'est un mensonge pur et simple. Le seul quartier qui a ete detruit est le quartier dit Moghrabi (quelques dizaines de maisons) detruit en juin 1967 pour degager l'esplanade du mur occidental dans la vieille ville.

4) Vous ecrivez: "Le 8 janvier 2001, plusieurs centaines de milliers d'Israeliens manifestent d'ailleurs sous les remparts de la Vieille Ville contre la division de Jerusalem, a l'appel entre autres du maire, Ehud Olmert. La gauche, elle, se resigne tant bien que mal a la perspective d'un partage de souverainete."

Vos erreurs: La manifestation reunissait aussi bien des israeliens de droite que des electeurs de Bark. Il est faut d'ecrire que toute la gauche se resigne au partage de souverainete.

5) Vous ecrivez: "Les Palestiniens, eux, ont toujours exige la reconnaissance par Israel des resolutions 242 et 476 du Conseil de securite de l'ONU, qui demandent la fin de l'occupation israelienne des territoires, y compris de Jerusalem-Est. Pourtant au cours de la negociation, ils proposent une regle simple : la souverainete ira aux Israeliens la ou la population est juive
en majorite, aux Palestiniens la ou ils sont majoritaires, c'est-a-dire en particulier a Jerusalem-Est."

Vos erreurs: La version anglaise de la resolution 242, seule acceptee par Israel et les americains, parle du retraits "de" territoires, et non de tous les territoires. Quant a la solution proposee par les americains (et non par les palestiniens qui continuent a exiger la restitution de tous jerusalem est, du moins officiellement) elle n'est pas une regle simple: l'imbrication des differents quartiers, notamment a l'est, fait de Jerusalem une veritable mosaique extremement problematique.

6) Vous ecrivez: "Une poignee d'extremistes juifs, regroupes sous l'appellation fort eloquente de « Fous du Temple », a entrepris recemment une campagne pour la construction d'un troisieme temple sur les vestiges du second, c'est-a-dire en lieu et place des deux lieux saints musulmans (dome du Rocher et mosquee Al-Aqsa), pour « hater la venue du Messie ». Lieu de
toutes les passions, les plus invraisemblables parfois, Jerusalem concentre aussi, entre les remparts de la Vieille Ville, tout l'avenir d'une societe israelienne qui se cherche, dechirée entre la fidelite, souvent exacerbee, a une religion federatrice, et l'aspiration de la majorite silencieuse a une separation des pouvoirs, religieux et politique"

Vos erreurs: Bien que n'etant pas d'accord avec ces extremistes, il est scandaleux de traduire le nom de leur groupe (neemane har-habayit) par une insulte. Cela signifie tout simplement: les fideles du mont du Temple.
D'autre part, ce texte semble montrer que la passion religieuse ne se trouve que du cote des juifs et que seuls eux doivent se transformer. Cela est faux. Autant il existe un debat du cote juif pour savoir quels doivent etre les liens entre religieux et politique, autant ce debat n'existe pas du cote musulman, mais seulement une vision extremiste nationalo-religieuse qui regroupe l'immense majorite des Palestiniens, et dont on a vu ces dernieres semaines a quel point Arafat en etait prisonnier.

L'ensemble de votre page est donc un ramassis d'erreurs historiques, d'affirmations gratuites et d'oublis mensongers. Comme par hasard, toutes ces erreurs "involontaires" sont au detriment d'Israel et en faveur des Palestiniens. Je vous demande donc de bien vouloir corriger ou changer ce texte de maniere a le rendre plus equilibre, faute de quoi les lecteurs des differentes publications du groupe Atlas seront, malheureusement, obliges d'en tirer des conclusions, y compris financieres.

Je vous signale que cette lettre est envoyee en copie a des centaines des personnes francophones, qui la repercutent ensuite a des milliers d'autres lecteurs. Au cas ou vous desireriez fournir des explications sur les manquements que vous avez eu au devoir de reserve et d'objectivite des journalistes et des historiens, je diffuserait votre reponse par les memes
reseaux.

Veuillez recevoir mes sinceres salutations.

Rabbin Alain Michel, Docteur en histoire,
auteur de "Racines d'Israel - 1948: plongee dans 3000 ans d'histoire", ed.
Autrement, 1998.

copyright 2001.  Harissa Inc. All rights reserved

Commenter cet article