Accusons Israel de ne pas rester les bras croisés.

Publié le par mai_si

Mensonges sur les coupures d'électricité à Gaza
Publié par Hélène Keller-Lind le 21/1/2008 (51 lus)
Appliquer fidèlement depuis des années le principe de Goebbels qui pose : « mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose.... » est au coeur de la propagande palestinienne. Ce qui ne veut pas dire que tout Palestinien est un menteur, bien entendu. Mais toute affirmation palestinienne doit être prise avec des pincettes et recoupée soigneusement avant que l'on y ajoute foi aveuglément.
Or, depuis deux ou trois jours tous les médias proclament à l'unisson que Gaza vit sans électricité, sans nourriture, que les malades meurent. A cause de qui ? C'est évident : les Israéliens, présentés comme des barbares, une fois de plus. Qui auraient coupé les livraisons de fuel, de médicaments, de vivres de base, bouclé Gaza hermétiquement.
Or, bien qu'Israël continue à fournir 70 % de l'électricité de Gaza, c'est le Hamas qui a coupé l'électricité en arrêtant la centrale électrique de Gaza. Fournissant sans doute les bougies de eux qui posent pour la presse étrangère....


Et, ces mêmes journalistes qui enquêtent pour découvrir la marque de la mousse à raser présidentielle, ne font étonnamment aucune enquête digne de ce nom dans ce cas. Se bornant à répéter tels des perroquets ce que dit la propagande palestinienne. Qu'elle vienne du Hamas ou de l'Autorité Palestinienne ou de l'homme de la rue, impeccablement briefé ou qui répète la propagande que lui assènent les médias palestiniens.

Quelques exemples de médias perroquets pris au hasard :

Le Monde on line

« Blocus total », « nous avons dû arrêter la centrale faute de fioul,» a déclaré le directeur de la centrale.... « très graves conséquences pour les habitants, les hôpitaux... » Article illustré d'enfants qui pleurent dans le noir, tenant des bougies....Edifiant. Le quotidien cite Mahmoud Abbas, Président de l'Autorité Palestinienne, qui, utilise les mêmes termes, bien entendu : « ...faciliter la vie des innocents et permettre aux hôpitaux, qui font face à une crise mettant des vies en danger, de fonctionner... »

Le mot « humanitaire » ou l'expression « crise humanitaire » sont répétés...Expression utilisée par des dirigeants palestiniens, à l'instar d'Ahmed Koreï, ancien Premier ministre palestinien qui déclarait sans rire en juillet 2005 déclarait qu'il n'y aurait pas de violences palestiniennes, « négociateur » de premier plan, notamment à Annapolis, qui, conférence de presse après conférence de presse à Paris a affirmé qu'une « crise humanitaire » était imminente chez les Palestiniens. Depuis des mois, voire des années....Ca fait pleurer dans les chaumières et ça fait cracher des millions de subsides mais c'est faux. Aucune crise humanitaire à ce jour. Et les Palestiniens de Gaza que l'on voit dans les reportages se portent bien, merci.

Le Nouvel Observateur en ligne :
dirigeants palestiniens....pénuries de nourriture, de médicaments, et de produits d'assistance humanitaire... »

Meilleure information du Figaro qui explique, au moins, le pourquoi des mesures prises par Israël

tous les points de passage entre Gaza et Israël » Ce qui ne correspond pourtant pas entièrement à la vérité, les malades graves palestiniens étant autorisés à entrer en Israël pour s'y faire soigner. On se demande d'ailleurs à ce propos pour quelle raison les hôpitaux de Gaza ne sont pas en mesure de donner des soins médicaux adéquats...Bande de Gaza évacuée par Israël voici maintenant deux ans et demie...D'autant que des millions de dollars y entrent pour fabriquer des roquettes Kassam tirées par centaines sur des populations civiles du Neguev. Ou acheter des armes utilisées pour tuer, comme cela a été le cas dernièrement pour un jeune bénévole qui travaillait dans un champ en Israël et a été tué d'une balle dans le dos tirée de la Bande de Gaza...

La presse internationale n'est pas en reste. Ce que dit www.HonestReporting.com qui milite pour que les médias travaillent avec honnêteté....Mêmes propos, mêmes images à la bougie :
Le Guardian britannique
L'américain LA Times
Le Times londonnien parle « vengeance » israélienne, qualifiant Abbas de « modéré » et reprenant aussi le vocabulaire et les accusations palestiniens.
Quant à l'AFP, elle jette de l'huile sur le feu, comme à son habitude.... minimisant les tirs contre Israël mentionnés en une seule demi-ligne !!!!! Exemple criant du deux poids deux mesures, sans compter les contre-vérités qui sont reprises par des milliers de médias de par le monde...

Ces Kassams à peine mentionnées...

Kassams qui terrorisent des populations le plus souvent pauvres, même si roquettes et obus n'ont pas causé un grand nombre de morts...mais fait des blessés et provoqué une foule de traumatismes.
Pour l'ambiance qui règne dans les régions visées par le Hamas, lire Libération http://www.liberation.fr/actualite/monde/255565.FR.php?rss=true

Ce sont parfois plus d'une centaine de roquettes ou obus de mortiers par jour qui sont tirés depuis Gaza sur des civils israéliens
On imagine la terreur dans laquelle vivent les habitants....qui, pauvres pour la plupart, ne disposent pas toujours de pièces de sécurité – souvent installées dans les caves -...

Cela serait-il toléré ici si de tels tirs visaient des populations européennes ? On ne comprend guère pour quelles raisons la plupart des médias choisit de ne pas parler d'un tel problème ou de ne le faire que très discrètement en une ligne et sans détails.

Et chacun sait que c'est uniquement pour tenter d'en finir avec ces tirs qu'Israël est contraint de tirer sur des terroristes palestiniens – peut-on les qualifier de « militants » comme le font la plupart des médias ? -. Et s'il y a des civils touchés lors de ces tirs, cela n'est nullement fait délibérément, comme c'est le cas, en revanche pour les tirs palestiniens....
Les mesures sécuritaires israéliennes cesseraient avec les tirs de roquettes. Ainsi que les fermetures.


Ce communiqué de l'Ambassade d'Israël en France apporte un démenti à toutes ces accusations mensongères....

Et tout y est vérifiable. Les médias en tiendront-ils compte ?


" La fourniture d’électricité à Gaza par les réseaux israélien et égyptien continue et représente environ les 70% des besoins en électricité.
En réponse aux comptes-rendus des médias concernant les coupures d’électricité à Gaza, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré le dimanche 20 janvier 2008 au soir :
La fourniture d’électricité à Gaza par les réseaux israélien et égyptien (respectivement 124 Megawatts et 17 Megawatts) continue de façon ininterrompue. Ces 141 Megawatts représentent environ 70% des besoins en électricité de Gaza.
Alors que la fourniture en carburant par Israël à la bande de Gaza a en effet été réduite –en raison des attaques de roquettes du Hamas

(1)-, le détournement de ce carburant des générateurs d’électricité domestiques vers d’autres utilisations est une décision pleine et entière du Hamas, décision apparemment prise dans un esprit de propagande destiné aux médias.
Il est remarquable de noter que tandis que la population de Gaza demeure dans le noir, les générateurs électriques des industries de fabrication de roquettes du Hamas continuent de fonctionner sans diminution de régime.

La plainte du Hamas selon laquelle il y a une crise humanitaire à Gaza est largement exagérée. Il n’y a pas carence de produits alimentaires de base, et les malades de Gaza qui ont besoin de soins dans des hôpitaux israéliens continuent d’être admis en Israël.
Miko Tsarfati, le président du comité des travailleurs de la Israel Electric Corporation (IEC, compagnie nationale israélienne d’électricité) qui fournit encore près de 70% de l’électricité à la bande de Gaza, se dit indigné par la plainte palestinienne. « C’est une feinte palestinienne, dit-il. Personne n’a cessé de fournir de l’électricité à la bande de Gaza », soulignant que les employés

Une femme israélienne blessée par une roquette Qassam à Sdérot, 15 janvier 2008 (Photo: Magen David Adom)
travaillent nuit et jour dans une station électrique à Ashkelon, se mettant eux-mêmes en danger d’être touchés par des roquettes Qassam tirés sur cette zone. (Ynet, 21 janvier 2008)

(1) : depuis le mardi 16 janvier, les organisations terroristes de la bande de Gaza ont tiré plus de 200 roquettes sur Israël, notamment sur les villes de Sdérot et d’Ashkelon.
« Nous fournissons de l’électricité à Gaza sous le feu des Qassam »
Ynet, 21 janvier 2008

Miko Tsarfati, le président du comité des travailleurs de la Israel Electric Corporation (IEC, compagnie nationale israélienne d’électricité) ne décolère pas : « La situation est totalement absurde. Nous continuons à leur [aux Palestiniens de Gaza] fournir de l’électricité (…) malgré le fait que les résidents israéliens et les travailleurs de IEC envoyés dans les zones proches de Gaza sont sous le feu des roquettes Qassam. La compagnie d’électricité envoie des gens réparer les coupures d’électricité causées par des salves de roquettes Qassam tirées tous les jours sur Sdérot et les environs, et plus d‘un travailleur a déjà été blessé dans ces attaques. »

http://www.resiliencetv.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=941
 
                                                                        -------------------------------------
Palestiniens et choc des photos
par Shraga Blum
lundi 21 janvier 2008 - 13:10

La guerre médiatique que nous livrent les Palestiniens depuis des décennies - et que nous avons lamentablement perdue - est parsemée d’images-choc qui ont fixé la « vérité » palestinienne dans l’esprit des opinions publiques : Sabra et Chatila, l’enfant palestinien devant le char de Tsahal, Arafat dans la Moukaata, le siège vide avec la keffiah dans l’Eglise de la Nativité de Bet Lehem à Noël, l’enfant Al-Dura, les « massacres » de Jénine, de Beit-Hanoun, et tant d’autres distorsions de la vérité, quand ce ne furent pas de véritables mises en scène. Hier, les archives palestiniennes de la désinformation se sont « enrichies » d’une nouvelle image-choc : les enfants de Gaza munis de bougies, dans l’obscurité.

L’effet recherché a déjà été atteint, car cette photo a déjà été diffusée dans le monde entier via Internet et les journaux, et les réactions sont déjà nombreuses, à l’étranger comme en Israël, demandant au gouvernement de ne pas « provoquer une crise humanitaire ». On attend maintenant la photo suivante, celle d’un frigidaire vide ouvert par un enfant en pleurs, ou d’un cadavre dans un hôpital, « n’ayant pu être opéré à cause des interruptions d’électricité imposées par Israël »

Ainis, en réaction aux centaines de Kassam qui s’abattent sur Sderot et ses environs, il est demandé à l’Etat juif de ne pas s’engager dans une offensive militaire massive pour ne pas réoccuper un « territoire » étranger, de ne pas procéder à des éliminations ciblées afin d’éviter de toucher des civils, et de ne pas prendre des mesures de rétorsion afin de ne pas provoquer de crise humanitaire. Et l’on entend également les arguments sans cesse répétés, selon lesquels « les sanctions ne feront que renforcer le Hamas, et encourager le rapprochement entre le Fatah et Le Hamas, par solidarité ».

Si l’on résume la situation, la seule solution restante serait donc d’écrire une lettre sur papier parfumé à Ismaïl Hanyeh, lui demandant gentiment de bien vouloir cesser les attaques contre Israël. Que n’y avons-nous pas pensé plus tôt !!

Les observateurs honnêtes, s’accordent à dire qu’il n’y pas de crise humanitaire à Gaza, et que l’électricité est toujours présente à Gaza, même si elle est un peu plus rare. Les autorités militaires responsables de ce domaine le confirment. Et comme l’a dit justement ce matin le Premier ministre à Hosni Moubarak, qui lui demandait de cesser le blocus sur Gaza : « La population de Gaza doit savoir qu’elle a sa part de responsabilité dans ce qui se passe là-bas. Son rôle est de se retourner contre ses dirigeants qui la plongent dans cette situation ». Autre anomalie que personne ne relève: aucun Etat arabe ne se presse pour venir en aide à la population de Gaza !!

Parmi les personnes les plus ulcérées par tant de cynisme et d’hypocrisie, Miki Tsarfati, président du Comité d’entreprise de la Compagnie Nationale d’Electricité : « Quel toupet, nous leur fournissons quotidiennement 70% de leur électricité malgré la Hitnatkout, nos ouvriers se mettent en danger en travaillant près de la clôture de sécurité ou dans la centrale électrique d’Ashkelon, et eux, en retour, ils nous envoient des roquettes jour après jour !!! »

Miki Tsarfati résume ce que chacun d’entre nous devrait ressentir : une profonde injustice, et à nouveau, un sentiment d’incompréhension et de solitude par rapport à l’extérieur : quelle que soit l’évidence de la situation, les agressions contre Israël seront toujours expliquées, sous-estimées, justifiées et tolérées, alors que la moindre réaction de la part d’Israël, la plus modérée qui soit, sera minutieusement disséquée au scalpel du droit humanitaire, à l’étranger comme en Israël.

Ce n’est pas à Gaza que règne l’obscurité.

http://www.a7fr.com/Article/46801.htm

 

par Chalom Mordekhai
[ lundi 21 janvier 2008 - 14:28 ]
Hamas ne peut pas faire entrer de la nourriture, du petrole, du gaz à Gaza mais par contre des armes, des missiles, des explosifs....etc, ça il peut le faire

Commenter cet article