Palestine: tragédie ou stratégie? en video.

Publié le par mai_si

LE 20/12/2006 VOICI UN ARTICLE (RIEN QUE CA):
Le Premier ministre ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh. a déclaré mardi soir que son mouvement était prêt à accepter un état palestinien dans les frontières de 67, en accordant une trêve de 15 ans avec Israël. Parmi les conditions obligatoires posées par Haniyeh figurent notamment le retour des réfugiés de 1948 dans leurs maisons, la libération de tous les prisonniers enfermés en Israël, l´évacuation de tous les israéliens des territoires "palestiniens", et que Jérusalem soit la capitale de cet état. Il a aussi appelé à la fin des violences et à l´union des factions palestiniennes pour poursuivre "la lutte contre l´occupation".  
                                                                                         ---
Qu´aurait-il exiger s´il était en position de force???                                                                           
                                                                                         ---
Mythe et réalité du “processus de paix”

La quête d’un partenaire pour la paix (27 mn)

Jean-Pierre Bensimon, Professeur de Sciences Sociales


http://www.akadem.org/sommaire/module_3634.php

                                                                                                -----

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ftouh souhail 28/01/2008 21:07

Ce n’est pas à Gaza que règne l’obscurité, mais dans nos médias sélectifs !

Ftouh Souhail, Tunis


Depuis la manipulation de l'affaire al Dura et d'autres du même acabit, la seule chose qui est sûre, c'est que les « Gazaouis » sont devenus des maîtres dans l'art de faire pleurer les gogos sur leur sort, prétendument horrible. Quant aux médias, ils avalent tout à plein gosier, dès qu'il s'agit de plaindre les Palestiniens et de diaboliser l’Etat juif.

On ne peut que remarquer qu'après des mois de relatif silence médiatique sur ce front, le matraquage a repris de plus belle. Pas une chaîne qui ne diffuse des images des infortunés habitants de Gaza errant, la mine défaite, dans les rues sans éclairage public, ou devisant tristement devant des boutiques éclairées à la bougie. Y a-t-il encore des téléspectateurs non décervelés pour se poser la question élémentaire suivante : qui éteint et qui rallume, à Gaza? –

Alors que la machine terroriste a été secouée par des opérations ciblées de Tsahal, des dirigeants de leurs escouades de tueurs, n'a rien trouvé de mieux que d'allumer des contre-feux de bougies. Un écran de fumée de plus pour masquer l'iniquité de leur cause. Mais qu'importe la réalité des faits : la manoeuvre est payante. Le mensonge triomphe. C'est l'essentiel... Que dites-vous?

Tous les observateurs honnêtes, s’accordaient pourtant à dire qu’il n’y pas eu de crise humanitaire à Gaza, et que l’électricité était suffisante à Gaza, même si il y’a eu des perturbations.

La fourniture d’électricité à Gaza par les réseaux israélien et égyptien (respectivement 124 Mégawatts et 17 Mégawatts) était continuelle.
Ces 141 Mégawatts ont représentés environ 70% des besoins en électricité de Gaza.
Les palestiniens, disposant de réserves pour une semaine, ont étaient pris en otage par le Hamas, qui avait décidé de ne pas les utiliser pour fournir de l'électricité aux habitants de Gaza, afin de pouvoir mener une intense campagne médiatique et diplomatique, à l'échelon international, à l'encontre des israéliens.


Le Hamas avait accompli, pour la première fois, un détournement d’une partie du carburant destinée aux générateurs d’électricité vers d’autres utilisations dans un esprit de propagande destiné à l étranger.

Alors que des médias exposaient des comptes-rendus « catastrophique » concernant des coupures d’électricité à Gaza, les générateurs électriques des industries de fabrication de roquettes du Hamas continuaient de fonctionner à plein régime.


De l’autre coté de la frontière, aucun journaliste occidental ne s’était intéressé de la situation des employés de l’ Israel Electric Corporation (IEC, compagnie nationale israélienne d’électricité) qui travaillaient nuit et jour dans cette station électrique à Ashkelon, se mettant eux-mêmes en danger d’être touchés par des roquettes Qassam tirés sur cette zone.

Depuis le mardi 16 janvier, les organisations terroristes de la bande de Gaza avaient tiré plus de 200 roquettes sur Israël, notamment sur les villes de Sdérot et d’Ashkelon, pourtant les employés israéliens n’ont pas cesser de fournir de l’électricité à Gaza sous le feu des Qassam.


Le monde libre n’a pas réagit face à ce cynisme et cette hypocrisie ; et Israël , en leur fournissons quotidiennement 70% de leur électricité , ses ouvriers se mettaient en danger en travaillant dans cette centrale électrique d’Ashkelon et eux , les assassins du Hamas , envoient en retour des roquettes jour après jour sur Israel !

Que les dirigeants des médias se rassurent, Gaza avait assez de fuel et aucune pénurie n’était à prévoir. En revanche, les employés israéliens de la compagnie qui fournit l’électricité seraient toujours exposés aux tirs de ceux qui se plaignent de manquer d’électricité.

Les autres accusations selon lesquelles Israël serait responsable de la crise humanitaire dans la Bande de Gaza (dont l'URNWA en particulier avait aussi agité le spectre) étaient aussi largement reprises par les relais de la désinformation , en occultant le fait que des malades palestiniens continuaient à venir se faire soigner en Israël.

On ne se demandait pas d’ailleurs comment ils peuvent passer si facilement des armes en contrebande et ils ne peuvent pas passer de la nourriture à Gaza ?

En prétendant souffrir d’un grave manque d’électricité à cause d’Israël, les palestiniens ont accompli une vaste manipulation médiatique et certains médias ont accepté consciemment de se faire manipuler par la propagande mensongère des groupes islamiques fondamentalistes, et de devenir ainsi leurs porte-parole.

En réaction aux centaines de Kassam qui s’abattent sur Sderot et ses environs, il est demandé donc à l’Etat juif de ne pas s’engager dans une action de défense pour ne pas choquer l’émotion des médias, de ne pas procéder à des éliminations ciblées afin d’éviter de toucher des civils, et de ne pas prendre des mesures de rétorsion afin de ne pas provoquer de crise humanitaire.

Je ne peux dès lors que me poser une question : pourquoi tant de mensonges et d'ignominies ? Je trouve peu d'explications. Je ne veux pas aller jusqu'à dire que l'antisémitisme, sous de nouveaux oripeaux, est de nouveau omniprésent mais il m'arrive de penser que c'est exact puisque c’est pas à Gaza que règne la véritable obscurité, mais dans nos médias sélectifs !

Ftouh Souhail , de Tunisie
souhailftouh@hotmail.cim