Que fera Moubarak si le Hamas ensuite revendique une partie de l´Egypte avec des roquettes?

Publié le par mai_si

                                     -----
Le Hamas propose un accord à l’Egypte
25 janvier 2008
- Par Khaled Abou Toameh © Jerusalem Post édition française

Mercredi 23 janvier, les dirigeants du Hamas ont appelé à une réunion "urgente et sans délai" avec l’Egypte et l’Autorité palestinienne pour mettre au point un nouvel accord sur le partage de la frontière de Rafiah. L’appel du Hamas faisait suite au passage en force de milliers de Palestiniens : après avoir fait exploser le mur d’enceinte du terminal, ils s’étaient engouffrés librement en Egypte, fuyant le blocus de la bande de Gaza.

 

Des sources égyptienne et palestinienne ont estimé que quelques 300 000 Palestiniens sont entrés en Egypte la journée de mercredi. La plupart étaient de retour chez eux à la tombée de la nuit, mais certains ont décidé de passer la nuit en Egypte.

D’après les sources, des centaines de Palestiniens qui avaient été retenus du côté égyptien du passage de Rafiah pendant les 7 derniers mois ont profité de l’occasion pour retourner chez eux à Gaza.

Des sources palestininiennes de la bande de Gaza ont indiqué que des dizaines d’hommes appartenant aux groupes armés qui opèrent dans la bande de Gaza ont utilisé des mines pour faire exploser le mur, créant au moins 20 trous dans la barrière de métal qui marque la frontière entre Gaza et l’Egypte. Plus tard, des Palestiniens ont utilisé des bulldozers pour déplacer les fils barbelés et les blocs de béton, créant un passage pour les piétons et les véhicules.

Les gardes-frontière égyptiens observaient depuis des toits et les tours de sécurité de la frontière tandis que des hommes, des femmes et des enfants s’engouffraient en Egypte sans contrôle.

Des témoins oculaires ont expliqué que les autorités égyptiennes ont été prises de court par le grand nombre de personnes qui se sont précipitées à pieds, dans des charrettes tirées par des ânes ou dans des voitures. De nombreux habitants de Gaza ont été vus retournant chez eux avec de la farine, des cigarettes, des poulets, des boissons sucrées. Les policiers du Hamas déployés le long de la frontière ont procédé à des contrôles aléatoires, vérifiant quelques sacs et confiscant des pistolets et des fusils.

Ibrahim Abou Taha, 45 ans, père de 7 enfants, était dans la section égyptienne de Rafiah avec ses deux frères et 185 dollars en poche. "Nous voulons acheter de la nourriture, nous voulons acheter du riz et du sucre, du lait et du blé, un peu de fromage", explique-t-il, ajoutant qu’il achètera aussi des cigarettes égyptiennes pas chères. Abou Taha confie qu’il aurait pû acheter de la nourriture élémentaire à Gaza, mais pour trois fois le prix.

Moubarak a déclaré mercredi qu’il avait ordonné à ses troupes de laisser entrer les habitants de Gaza en Egypte parce qu’ils "mouraient de faim". Moubarak, qui a été mis sous pression par les Palestiniens et les Egyptiens pour réouvrir le terminal de Rafiah, a déclaré à des journalistes au Caire que quand les habitants de Gaza ont commencé à forcer la frontière, il a ordonné à l’armée égyptienne de les laisser passer pour acheter de la nourriture. "Je leur ai dit de les laisser entrer, manger et acheter de la nourriture, et retourner chez eux plus tard, tant qu’ils ne portent pas des armes", a déclaré Moubarak. "Les Palestiniens de Gaza meurent de faim à cause du siège israélien. Les troupes égyptiennes les ont escortés acheter de la nourriture et les ont ensuite autorisés à retourner dans la bande de Gaza".

Moubarak a rejeté les appels de l’opposition égyptienne à rappeler l’ambassadeur d’Egypte en Israël en signe de protestation contre le blocus israélien. "Si cela arrivait, je ne pourrai plus parler aux Israéliens. Il faut être raisonnable dans ce genre de choses", a confié Moubarak.

Les dirigeants du Hamas ont exprimé leur satisfaction devant les développements à la frontière. Ils ont également déclaré qu’ils étaient prêts à arriver à un accord avec l’Egypte et l’Autorité palestinienne pour partager le contrôle du passage de Rafiah.

Le leader du Hamas exilé en Syrie, Khaled Meschaal, a déclaré qu’il insisterait pour que la frontière soit placée sous le contrôle exclusif des Palestiniens et de l’Egypte. "Nous dans le Hamas et nos frères du gouvernement palestinien dirigé par Ismaël Haniyeh déclarons que nous sommes prêts à arriver à un accord avec nos frères de Ramallah [le Fatah contrôlé par l’Autorité palestinienne] et nos frères en Egypte pour gérer le passage de la frontière", a annoncé Meschaal. Il a appelé les pays arabes à oeuvrer contre le boycott international dont le Hamas est l’objet et contre le siège de la bande de Gaza. "Je m’adresse à tous les Arabes - ne dites pas qu’il y a un accord international sur le passage de Rafiah", a continué Meschaal.

Dans la ville de Gaza, le Premier ministre du gouvernement Hamas a appelé à une réunion urgente avec l’Autorité palestinienne et l’Egypte pour arriver à un arrangement sur le passage de Rafiah. "Nous ne voulons pas être les seuls à gérer ces affaires", a déclaré Haniyeh. "Les Palestiniens ne demandent pas seulement de la nourriture et du carburant. Nous voulons la fin du siège et la réouverture de tous les points de passage".

Haniyeh a répété que le Hamas était prêt à arriver à une trêve "totale et mutuelle" avec Israël.

A Ramallah, les officiels de l’Autorité palestinienne ont rejeté l’appel du Hamas pour un contrôle partagé de la frontière. Ils ont exprimé l’inquiétude que les événements de mercredi ne nuisent aux relations entre les Palestiniens et l’Egypte. Nimer Hammad, un conseiller politique du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a expliqué que le Hamas essayait d’embarrasser l’Egypte et "d’embarquer" le monde arabe dans la poursuite de ses "intérêts étroits".

 http://www.desinfos.com/article.php?id_article=9037

Commenter cet article