"Que cela plaise ou non, et celui qui n’est pas content n’a qu’à aller boire l’eau de la mer morte."

Publié le par mai_si

                                                                                                      ---      ---

 

Dernières déclarations de Yasser Arafat

En plus d’une allocution télévisée où il a demandé aux Palestiniens de cesser les opérations martyre et les attaques de mortiers contre Israël, Yasser Arafat, président de l’Autorité palestinienne et de l’OLP, a récemment fait quelques déclarations qui n’ont pas eu un grand écho auprès des médias occidentaux. Voici quelques extraits de deux de ses discours et d’un entretien, tels qu’ils sont rapportés par les sources médiatiques arabes :

Allocution aux habitants de Jérusalem (Ramallah, le 18 décembre 2001) : (1)

" Ô vous tous qui tenez bon, ô héros qui vous trouvez sur la terre du ‘voyage et de l’ascension nocturnes’ [du prophète Mahomet, selon le Coran], sur la terre en direction de laquelle nous nous tournons en premier pour prier, ô héros du troisième lieu saint [de l’islam], du lieu où Jésus est né et où notre maître Mahomet est monté au Ciel. (2)

Je vous annonce que nous franchissons maintenant une étape historique… Vous défendez le premier lieu vers lequel se tournent les prières et le troisième lieu saint, le lieu de la naissance du Messie. Votre endurance revêt une importance capitale, non seulement pour la Palestine et la nation arabe, mais aussi pour tous les chrétiens et les musulmans du monde.

Ô mes frères, il existe un complot visant à judaïser Jérusalem. C’est pourquoi je vous le dis, ô compagnons de voyage bien-aimés : vous vous trouvez sur la ligne de feu, en plein défi, à Jérusalem. Vous êtes bénis en ce que vous vous trouvez ici.

Le Prophète a dit : ‘Il existe encore au sein de ma nation un groupe [d’individus] qui gardent la foi, découragent l’ennemi et contre qui ce dernier ne peut rien. Ceux-là seront victorieux.’ A la grâce d’Allah. 

On a demandé au Prophète : ‘Ou se trouvent ces gens ?’ Et il a répondu : ’A Jérusalem et dans ses environs ; ils demeureront en première ligne jusqu’au Jour du Jugement.’ Et vous vous trouvez en effet sur la ligne de feu. J’y suis engagé. J’y suis engagé. J’y suis engagé. Ô montagne, nul vent ne t’ébranlera. 

Nul ne peut gouverner cette nation de géants [le peuple palestinien]. Cent quatre années se sont écoulées depuis la première convention [sioniste] de Bâle [en Suisse, en 1897] où l’on a décrété que notre terre était ‘une terre sans peuple pour un peuple sans terre [en référence aux Juifs].’ Quand on s’est enquis des Palestiniens auprès de Golda Meir, celle-ci a répondu : ‘Il n’y a pas de Palestiniens.’ Aujourd’hui, le martyr Muhammad Al-Dura et tous nos autres martyrs leur disent, du Royaume des cieux : ‘Nous sommes une nation de géants, et nous allons défendre cette terre frontalière (3)’ "

[Désignant une fillette, Arafat poursuit] : " Cette petite mignonne est notre premier soldat. Nous devons faire face au complot pour judaïser Jérusalem, mais tant que vous tiendrez bon sur le devant de la scène de cette terre frontalière, personne ne pourra rien contre vous… Celle qui imposera son point de vue sera cette nation de géants, à la grâce d’Allah. 

?L’un de nos lionceaux ou l’une de nos fleurs [en référence à un jeune Palestinien ou une jeune Palestinienne] fera flotter au vent le drapeau de la Palestine, à la grâce d’Allah, par-dessus les murailles de Jérusalem, ses églises et ses mosquées, que cela plaise ou non, et celui qui n’est pas content n’a qu’à aller boire l’eau de la mer morte.

?J’en appelle à mes bien-aimés qui se trouvent à Jérusalem : [Faites preuve de] plus de vigueur, [de] plus de force, [de] plus d’entêtement. Et à la grâce d’Allah, nous prierons dans la mosquée Al-Aqsa, dans l’église du Saint-Sépulcre, à la grâce d’Allah, à la grâce d’Allah.

?Je dis ces choses pour qu’elles soient entendues dans le monde entier : cette nation de géants défendra cette terre sainte avec son sang, son âme, ses biens et tout ce qu’elle possède. Cette terre est une terre sainte ; elle demeure, du berceau au tombeau, la terre de notre nation de géants…

?Nous nous tenons aux côtés de l’enfant, aux côtés de la fleur, aux côtés de l’homme, de la femme, du vieil homme comme de l’adolescent. Nous sauverons tous les lieux saints chrétiens et musulmans. Nous les défendrons et consoliderons leur assise puisque notre destin est de nous trouver sur la ligne de contact jusqu’au Jour du Jugement. [Selon la tradition islamique], ‘un de ces martyrs en vaut soixante-dix’ [un martyre qui meurt en première ligne à Jérusalem en vaut soixante dix]. Pourquoi ? Parce que nous sommes ici en terre sainte.

?Nous nous battrons sur cette terre bénie, cette terre bénie… Tel est notre message, et ce n’est pas un hasard si cent quatre ans après [le premier congrès sioniste] et malgré toutes les conspirations et tout le sang versé, cette nation continue de lever la tête et de brandir son drapeau. A la grâce d’Allah, à la grâce d’Allah. L’une de nos fleurs ou l’un de nos lionceaux fera flotter au vent son drapeau, par-dessus les murailles de Jérusalem, par-dessus ses mosquées et ses églises… "

?Dans un entretien accordé au quotidien koweïtien Al-Rai al-Am le 12 décembre 2001, Yasser Arafat a évoqué l’existence d’un complot manigancé par les Premiers ministres Ehud Barak et Ariel Sharon pour opérer un changement de gouvernement en Israël  (4):

?" Barak aurait pu rester au pouvoir encore deux ans et demi, mais l’accord entre lui et Sharon — à la suite duquel Sharon est allé visiter la mosquée Al-Aqsa, ce qui a engendré au moment de la prière du vendredi soir le massacre que l’on sait, en conséquence duquel l’Intifada a explosé — cet accord était planifié à l’avance. 

?Quand Sharon est arrivé au pouvoir, il a demandé aux Israéliens de lui accorder cent jours pour se débarrasser de l’Intifada. A la fin de ces cent jours, il leur a demandé de lui accorder cent autres jours pour mener à bien son plan militaire, ‘l’opération infernale’, à laquelle il n’a pas encore mis fin… " 

?Arafat a ensuite souligné que malgré la pression israélienne, " personne [parmi les Palestiniens] n’a fait ‘ah…’ [n’a soupiré]… Je vous donne un exemple : Savez-vous ce que fait la mère d’un martyr quand elle apprend le martyre de son fils ? Elle sort avec des cris de joie, clamant : ‘Loué soit Allah, ô mon fils, que tu aies épousé la Palestine plutôt que ta cousine.’ C’est cela, le peuple palestinien. "

?Au cours de l’entretien, Arafat a aussi affirmé qu’ " ils disent qu’il y a un demi-million de Juifs en Afghanistan qu’ils [les Israéliens] veulent faire venir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. "

?Un peu plus loin, il a ajouté : " Les forces extrémistes en Israël ont tué mon partenaire Itshak Rabin, qui avait fait la paix avec moi, la paix des braves. Voilà qui fait naître l’étonnement face au comportement de certains [parmi les Palestiniens] qui mettent en danger les intérêts du peuple palestinien et, en premier lieu, la création d’un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale… Nous avons déclaré l’état d’urgence parce qu’il y en a certains qui veulent anéantir le peuple palestinien.

?Il existe une conspiration contre le peuple palestinien. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures rigoureuses et avoir une politique de fermeté envers ceux qui n’écoutent pas la voix de la raison et ne respectent pas les intérêts du peuple palestinien.

?Nous avons commencé avec ceux qui exécutent ces opérations, néfastes et nuisibles à la cause palestinienne et à l’image des Palestiniens. Ces personnes n’auraient pas pu choisir meilleur moment [pour leurs opérations martyre] que quand Sharon est allé rencontrer le président Bush sans aucune carte en main. Ils lui ont offert ces opérations comme un cadeau…

?Le prophète Mahomet a été vaincu lors de la bataille d’Uhud quand quelques musulmans sont descendus des montagnes [le lieu du combat] pour recueillir le butin de guerre. Je dis à ces gens : Ne laissez pas le butin et le soutien que vous accordent l’Orient et l’Occident se transformer en arme susceptible de nous atteindre, nous et notre cause… "

?" Libre dialogue " avec des intellectuels, à l’hôtel Casablanca de Ramallah, le 13 décembre 2001 (5) :

?" Cent quatre années se sont écoulées depuis le premier congrès sioniste de Bâle [en Suisse], et notre peuple continue de tenir bon malgré la dimension qu’a pris cette conspiration et le grand nombre de comploteurs, à commencer par [le traité] Picot-Sykes [1915] et jusqu’à ce jour… Nous nous trouvons au cœur du combat, au sens fort du terme, [un combat qui se poursuit] à tous les niveaux… et auquel nous nous consacrons. "

?Evoquant le rôle joué par les régimes arabes dans le combat palestinien, Arafat a déclaré : " [Depuis 1948], [les dirigeants arabes] nous confisquent nos armes ; les miennes et celles de mes camarades Hamed Abou-Sittah nous ont été confisquées pendant la guerre de la "Nakba ", en 1948. Ils nous ont pris nos armes. Je vous rappelle ce qu’a dit [le président égyptien] Gamal Abd El- Nasser : que nous n’avions pas droit aux armes et qu’elles n’étaient pas arrivées jusqu’à nous… Je connais tout un tas de secrets capables de détruire des montagnes, mais je ne veux pas les dévoiler devant la presse. " ~

___________________________________

  1. WAFA (Agence de presse palestinienne), le 18 décembre 2001 à Gaza.
  2. Il s’agit de Jérusalem.
  3. Terme coranique utilisé en référence à la région adjacente au territoire de l’ennemi.
  4. Al-Rai al-Am (Koweït), le 12 décembre 2001
  5. Al-Hayat (Londres), le 13 décembre 2001?

 

L'Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Proche-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

http://archives.desinfos.com/memri/memri_arafat011201.html

  

Commenter cet article