Origine de la langue Israëlienne et palestinienne.

Publié le par mai_si

L’hébreu est la langue officielle de l’État d’Israël également pratiqué par la plupart des Palestiniens comme langue véhiculaire.
---------

_Histoire de la langue israëlienne:

Les lettres d'Amarna, ou de Tel-Amarna, sont une correspondance diplomatique égyptienne du XIVe siècle avant notre ère, soit environ sept siècles avant la mise par écrit du premier livre de la Bible (du moins selon la critique bibliste moderne, qui fixe la première rédaction du Deutéronome sous le règne de Josias, à la fin du VIIe siècle avant notre ère, mais sans doute sur la base de traditions plus anciennes).

Certaines lettres viennent de Canaan, la future terre promise des Hébreux. Elles sont rédigés en Akkadien, la langue diplomatique de l’époque. Mais elles comprennent beaucoup de mots et expressions de la ou des langues ouest-sémitiques parlées en Canaan. On y retrouve des parallèles linguistiques frappant avec l’hébreu de l’Ancien Testament, ce qui indique que des formes dialectales de proto-hébreu étaient parlées en Canaan avant l’installation des Hébreux eux-mêmes (les lettres ne font pas mention des Hébreux, sauf peut-être sous la forme des apirou, population mal identifiée dont le nom a un rapport possible avec « hébreux »).

Mais au-delà de ces indices linguistiques, la forme de ce ou de ces proto-hébreu(x) reste imprécise. On peut cependant remarquer que les anciens dialectes phéniciens (Liban actuel) connus sont très similaires à l’hébreu ancien, à tel point qu’on peut parler de formes géographiques d’une même langue, qui semble donc avoir été parlée (avec des variantes régionales) de la Phénicie (Liban actuel) à Canaan (Israël actuel). L’hébreu biblique provient donc, d’une (voir plusieurs) de ces variantes géographiques dialectales.

Un millénaire plus tard, le phénicien des colons carthaginois ressemblait encore fortement à l’hébreu, malgré un divergence géographique et historique déjà ancienne.

_Histoire de la langue palestinienne:

  • L'arabe palestinien, variante de l'arabe, est le dialecte le plus répandu parmi les Palestiniens. Le signe distinctif de ce dialecte est la prononciation très particulière de la lettre 'qaaf'.

Le syro-libano-palestinien est une variété d'arabe dialectal parlé en Syrie, au Liban, et dans certaines régions urbaines de Palestine. On peut distinguer des légères variétés régionales au sein de ce dialecte, qui ne nuisent en rien à la compréhension mutuelle :

  • libanais (parlé aussi au sud de la Syrie)
  • nord-syrien,
  • syrien central
  • palestinien urbain (à ne pas confondre avec les deux autres variétés d'arabe parlées en Palestine — le jordano-palestinien et le palestinien bédouin — qui forment des dialectes séparés)

Dialecte libanais 

Dans le libanais les lettres emphatiques le sont à peine, les mots sont rarement contractés et surtout, la lettre « qâf », gutturale par excellence, ne se prononce pas (sauf quelque fois chez les druzes de la montagne). Quant à la grammaire libanaise, elle est bien plus simple que celle de l’arabe littéraire. Le libanais, le syrien, le jordanien et le palestinien sont très proches. Les différences de vocabulaire et de prononciation qui existent entre les trois dialectes restent limitées et n’entravent aucunement la communication. En dépit du grand nombre d’emprunts faits au turc et au français, le libanais reste calqué sur l’arabe littéraire avec lequel il est en interaction continue.

Wikipedia

----------


L´hebreu remonte au peuple de la Bible sur cette même terre dÍsraël, l´arabe des palestiniens trouve son origine en provenance du Liban de la Syrie, le Syro-libano-palestinien.

 

Commenter cet article