Demandez aux serbes qui impose une "punition collective".

Publié le par mai_si

L'affaire du Kosovo est plus qu´un échec c´est une catastrophe.
----


UE : "La politique d'isolement de Gaza a échoué"
par Yael Ancri
jeudi 21 février 2008 - 23:16

 

Le Parlement européen de Strasbourg a adopté jeudi soir une résolution demandant à Israël de mettre fin au bouclage de la bande de Gaza et d'accepter une réouverture contrôlée des terminaux. Les principaux groupes du Parlement européen ont appelé Israël à ne pas "imposer de punition collective" aux résidents de la bande de Gaza.

Notons que le Parlement européen n'a pas d'influence sur les Etats n'appartenant pas à l'Union européenne.

Selon un communiqué du parlement européen : "La politique d'isolement de la bande de Gaza a échoué tant au niveau politique qu'au niveau humanitaire." Les législateurs européens ont également appelé le Hamas à s'abstenir de tirer des roquettes Kassam contre les localités limitrophes de la bande de Gaza. Au gouvernement israélien ils ont demandé de "cesser les opérations militaires mettant en danger la population civile de la bande de Gaza et de mettre un terme aux éliminations ciblées."

Dès cet après-midi, la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tsippi Livni a déclaré lors d'une rencontre avec l'envoyé spécial de l'Union européenne au Proche-Orient pour le processus de paix israélo-palestinien, Marc Otte : "La volonté de la communauté internationale de voir des changements sur le terrain la pousse souvent à complètement ignorer la véritable situation." Livni a également exposé les positions d'Israël lors d'un entretien avec son homologue roumain, Adrian Cioroianu (pour lire l'article Livni: Le peuple palestinien n'a aucun avenir avec le Hamas, cliquez ici.)

Cette résolution du Parlement européen est en opposition avec les propos de Franco Partini, le vice-représentant de l'Union européenne dans les affaires judiciaires, liberté et sécurité. Il y a un mois, ce dernier a affirmé que le blocus de la bande de Gaza était justifié. Partini a affirmé à Herzlia que "les démarches qui ont provoqué les restrictions d'électricité dans la bande de Gaza ne sont pas un crime de guerre." Et d'ajouter : "En ce qui concerne les relations "froides" entre l'Europe et Israël, je répète ici que ce dernier n'a rien fait de mal jusque là et l'Europe a eu tort de continuellement condamner Israël pour la situation actuelle. Mais l'Union européenne a appris de ses erreurs passées."

-----
Faites le rapprochement avec ce qui suit.
-----

Dossier Kosovo : Tous coupables !
par Nessim Cohen-Tanugi
vendredi 22 février 2008 - 06:49

 

 

L'affaire du Kosovo est une catastrophe où tous les partenaires sont coupables.

Une catastrophe d'abord : la Serbie a été purement et simplement spoliée de son patrimoine national, spirituel et culturel. De l'autre côté, les justes droits des Albanais à vivre au Kosovo dans la Serbie, se sont transformés en une annexion pure et simple d'un Kosovo qui, à son tour, sera à moyen terme annexé à une Grande Albanie. L'omniprésence des drapeaux albanais,  que tout le monde a constatée, lors de la proclamation unilatérale, en sont le prélude et le témoignage. Le Kosovo, province serbe, se transformera en province albanaise parce que le Kosovo n'a pas la dimension ni la capacité d'être un État viable (1). Il est d'ailleurs impossible et impensable de faire de chaque ethnie un État. Il y a 6500 ethnies dans dan le monde et 194 États. Ce n'est pas par hasard que ni la Grèce, ni l'Espagne, ni les autres Etats slaves ou européens ne veulent pas d'un Kosovo indépendant. C'est ouvrir la boite de Pandore de la multiplication anarchique de mini États. Il faudra dans un prochain article revenir largement sur ce problème de l'articulation entre ethnies, peuples et états-nations

Les deux premiers coupables de la situation sont les Serbes et les Albanais. Pourtant, la solution avait été trouvée : une autonomie ménageant une province où Serbes et Albanais cohabiteraient. Mais la vérité est que ni  les uns et les autres ne voulaient de cette cohabitation. Milosevicz a mis le feu aux poudres en mettant un terme à l'autonomie.

Alors que les Européens et les Américains auraient pu restaurer l'autonomie, ils ont saisi la bonne aubaine. Tous deux voulaient briser le Serbie pour des raisons spécifiques. La Serbie tenait à son identité slave et à ses liens avec les slaves russes. Les Européens ne pouvaient plus supporter le particularisme serbe et ont voulu européaniser de force la Serbie et l'assimiler dans l'Europe en imposant sa culture, son droit, ses institutions etc, bref unifier l'Europe.
A Rambouillet, l'Europe, France et Allemagne en tête, ont refusé toute négociation et tout compromis avec les Serbes, qui pourtant étaient ouverts au débat, et elles avaient la volonté évidente et proclamée non seulement d'abattre Milosevic mais avec lui le particularisme serbe : la Serbie dans le rang ! C'est d'ailleurs bien, soit dit en passant, ce que voudraient les Européens pour Israël en éliminant le particularisme juif. 

Quant aux Américains, ils ont saisi l'occasion unique de casser la Serbie, coupable à leurs yeux d'être si proche des Russes culturellement et identitairement. Ils ont joué, avec imprudence et myopie, la carte de l'irrédentisme des Albanais kosovars en leur fournissant tous les moyens nécessaires en argent et en armes pour briser la Serbie. Thaci, le chef des Kosovars albanais, qui avait largement collaboré avec les islamistes de tous bords, a changé son fusil d'épaule et s'est appuyé sur les Américains qui lui ont promis l'indépendance sous tutelle américaine avec un double objectif : en faire un allié contre la Russie et établir la pus importante base militaire aux frontières de la Russie, capable de la menacer si elle tentait de redevenir une grande puissance. 
C'était une faute politique considérable : la Russie s'était lancée vers la coopération avec les USA et la modernisation de son paysd devenu exsangue par des décennies le communisme. Mais le Département d'Etat américain a choisi l'abaissement de la Russie et son affaiblissement. Les Américains ont tout fait pour empêcher la Russie de développer ses exportations de pétrole vers l'Europe et ils ont soigneusement contourné la Russie  avec des pipe-lines. Résultat, Poutine, qui s'ouvrait à l'Occident et aux USA, a compris les desseins hostiles américains et a viré de politique : désormais il s'affronte aux USA, on le voit en Syrie et en Iran en particulier.

La vérité est que l'Europe et les USA se sont lancés dans une véritable colonisation de l'Europe centrale qu' échafaude l'axe européo-américain.
Pour nous Juifs, nous devons rester très méfiant envers cet axe. Les USA sont aujourd'hui nos alliés, ils le sont beaucoup moins depuis Clinton (mari ou femme)  et ils le seront encore moins avec Obama. Il y aura moins de risques - bien qu'ils existent - avec un prochain gouvernement  républicain. Quant à l'Europe, elle joue la carte de l'Eurabia et ce ne sont pas les discours de Sarkozy qui changeront les choses. La vocation de l'Europe est soit la disparition d'Israël, soit son phagocytage et la perte de son identité. Le gouvernement actuel israélien est complètement servile avec l'Europe et les USA. Nous avons certes beaucoup à partager avec eux mais il ne faut en aucun cas nous faire coloniser ni politiquement, ni matériellement , ni identitairement.

 (1) Pas plus que Gaza ni la Cisjordanie. Il ne peut y avoir d'autre Palestine que la Jordanie-Palestine et Gaza ne peut devenir qu'une province de l'Egypte.


source: Arouts7

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article