Mise à prix: "la bonne conscience pour la cause palestinienne"

Publié le par mai_si

Qui dit mieux? une fois, deux fois.....ah la belle affaire, une crise humanitaire sans précédent, ... trois fois! Adjugé vendu! Pour 7 milliards de dollars avec des enfants soldats en prime.
-------
Lettre d´un Ami D´Israel

bonjour

De prime à bord, une question se pose : les Palestiniens n’en ont-il pas marre de faire appel à la mendicité publique pour enrichir leurs dirigeants et acheter des armes au lieu de médicaments, de nourriture ? Mais où est donc passée cette fameuse « fierté arabe » (Nakhwa Arabia) à moins que ne soit la fierté suprême, celle d’avoir mis l’Europe en dhimmitude. L’Europe est-elle donc devenue dhimmie ? Il faut le croire puisque elle ne cesse de payer.

En matière d'aide, les palestiniens n’ont certes pas été défavorisés durant plusieurs années. Ils ont reçus quelque 300 dollars par personne, ce qui fait d'eux les plus importants bénéficiaires, par tête, de l'aide étrangère. Bizarrement, leurs tentatives de détruire Israël n'ont pas inspiré des réactions visant à mettre un terme à cette vocation malsaine, mais plutôt à la subventionner. L'argent étant un bien non spécifique, l'aide étrangère finie son parcours dans la machine de propagande guerrière des Arabes palestiniens, pour financer leur arsenal et leur bombes humaines au moment des crises.

L’Europe, par naïveté , a oubliée que durant les trois semaines qui ont suivies la victoire du Hamas, des centaines de millions de dollars, le chiffre de 750 millions fut avancé, a disparu des caisses. Ce là n’empêche pas le gouvernement français de «sponsoriser» une réunion de donateurs dont l’essentiel des dons récoltés est plus de 5,5 milliards de$, se retrouvera dans les poches des dirigeants comme dans le passé.


On nous montre curieusement dans les médias européens, des dépôts d’ordures, des masures et des rues plein de gadoue où vivent les palestiniens. On oublie de nous montrer, à juste titre, les propriétés immobilières de certains de leurs hommes politiques ; comme celle de M. Sabbeb Erikat prospère homme d’affaire et entrepreneur entre Naplouse et Ramallah.

Pour le futur, on va peut être assister à une augmentation de ce que j’appelle un soutien inconditionnel à « une entité voyou » ce qui équivaut en fait a un support international sans limites à l’embryon d’un Etat palestinien hors la loi.

Pas si loin déjà , durant l’entretien accordé au Figaro du 16 mai 2006, Ismael Haniyeh, le premier ministre palestinien (du Hamas), lance des menaces à peine voilées à l’Europe : vous payez où vous subirez les conséquences ! Mahmoud Abbas, du Fatah, n’a pas dit autre chose, officiellement, le 16 lors de son discours très attendu devant le Parlement Européen, à Strasbourg précise :« Si vous ne donnez pas de l’argent au peuple palestinien , la violenc éclatera des tous les territoires ».

Mais cela ne trouble nullement les donateurs de l'aide internationale. Monsieur Sarkozy, balaie d'un seul geste tous les échecs du passé en organisant cette conférence.
Jusqu’à ce moment, les milliards de dollars versés, n’ont pas produit grand-chose, à part la corruption et le fondamentalisme, mais les européens trouvent toujours judicieux de donner davantage pendant les trois ou quatre prochaines années. C’est peut être plus facile de payer que d’exiger la sécurité !
Votre argent, messieurs les européens, avait financé dans le passé la corruption d'Arafat, l'idéologie djihadiste et les usines à suicides. Aujourd’hui, il ne faut pas croire que les nouveaux dirigeants utiliseront les dons à meilleur escient. Au lieu de réclamer des justifications sur le sort des montants colossaux disparus des caisses palestiniennes, les européens donnent davantage de fonds afin de rehausser le prestige et le pouvoir de la cause palestinienne.

Cette attitude européenne fait abstraction de deux grands problèmes. L'un concerne l'intention largement répandue parmi les palestiniens de détruire Israël, comme en témoignent les effusions de haine sur la ville de Sderot par les terroristes de carrière comme le Hamas. Les résultats persistants des sondages d'opinion et les rangs serrés des aspirants djihadistes ne semblent pas traduire un arrêt proche des lances roquettes Kassam après toute cette mobilisation internationale pour faire naître un Etat palestinien. Le moins qu'on puisse dire est que la volonté intérieure des Arabes palestiniens pour la paix reste à découvrir.

L'autre problème consiste à faire porter aux intégristes toute la responsabilité des violences commises au cours des dernières années , admettant ainsi à tort que les dirigeants palestiniens tiennent soudain à instaurer la paix . Mahmoud Abbas, a certes appelé à cesser les actes de terrorisme contre Israël, mais il l'a fait pour des raisons tactiques transparentes (c'est inopportun pour l'instant), non pour des raisons stratégiques (il faut y renoncer définitivement) et encore moins pour des motifs moraux.


Si M. Abbas est homme modéré et fréquentable, qui présente un profil raisonnable pour l’Occident , pourquoi il s'est empressé ( depuis son accession au pouvoir ) de présenter ses excuses aux Koweitiens , en revanche , il n’a pas jamais essayer de se démarquer des intégristes en présentant des excuses similaires aux israéliens pour tous ces 60 ans de violences engendrés par ses semblables ? Pourquoi n’a- il pas penser à faire un geste symbolique, en donnant l’exemple à son peuple de reconnaître l’identité juive de l’Etat d’Israël ?

Mieux, voulait t-il poursuivre rationnellement l'ambition d'Arafat qui consiste à détruire Israël ? M. Abbas n'en est pas moins concentré sur l'objectif de destruction d'Israël que ne l'était son mentor, Arafat. Cela ressort de manière évidente, par exemple, de ses récents commentaires à Annapolis soulignant la nécessité de permettre à des millions de «réfugiés» arabes palestiniens de pénétrer en Israël afin de submerger le pays démographiquement.

Donner davantage d'argents aux Arabes palestiniens, comme dans la conférence de Paris , avant qu'ils n'aient accompli un changement fondamental d'attitude et n'aient pleinement accepté l'existence de l'État juif d'Israël, est une terrible erreur , de perpétuation irréfléchie des erreurs de la diplomatie d'Oslo des années 1990. Récompenser ainsi prématurément les Arabes palestiniens revient à retarder encore le vrai changement que devra conduire les palestiniens, celui d’apprendre à vivre en paix avec l’Etat juif.

L’argent et les aides aux palestiniens doivent résulter de leur acceptation d'Israël. Nous saurons qu'il en est ainsi, par exemple, lorsque les Juifs vivant à Hébron (en Jude -Samarie) n'auront plus besoin d'un dispositif de sécurité plus important que les Arabes vivant à Nazareth (au sein de la ligne vert).

Jusqu'à ce jour de paix et d'harmonie, dont je pense qu'il se situe bien loin d'ici, le monde extérieur doit consacrer ses efforts non pas à la fourniture d'argent, et autres avantages, aux Arabes palestiniens, mais à des pressions opiniâtres visant à leur faire accepter l'existence d'Israël .L’absence de la conditionnalité de l’aide économique de l’UE à l’Autorité palestinienne reste un grand gâchis avant d’arriver à un véritable progrès dans la région.

Paris, qui a organisée la conférence des donateurs ce Lundi, ferait mieux de retirer tout l'argent de la femme d'Arafat qui bronze à Malte avec l'argent des Français. Mais la France semble avoir une courte mémoire avec les palestiniens qui, durant des années, avaient financés avec l’argent de ses contribuables des écolières, des femmes enceintes et des adolescents retardés mentalement servant comme bombes humaines. La France reste particulièrement généreuse avec les dirigeants palestiniens à la tête d'un vaste réseau de kleptomanes qui ont détourné dans des banques suisses des milliards d'investissements étrangers.

Les responsables palestiniens ont trompé presque le monde entier en faisant croire qu'ils étaient des partenaires pour la paix. Quand nous nous sommes finalement rendu compte que la communauté internationale a été dupée dans cette supercherie, ces mêmes responsables avaient imposé un mythe tenace où les Palestiniens sont dépeints comme le peuple le plus martyrisé de toute la planète.

Mais aujourd’hui aussi, l’Europe ne voit pas encore les villas de Ramallah où les hauts placés de l'OLP vivant dans le confort le plus total. Les européens ne peuvent voir les rues autour des écoles privées de Ramallah qui regorgent de BMW et de Audi réservée à l'élite palestinienne et celle des Nations unies qui y déposent leurs enfants.

Comment les palestiniens ont-t-ils pu duper l’Europe pendant si longtemps ? Je suppose que l’Europe voulait être dupe. Ils ont mêmes dupé les Israéliens qui, jusqu'à la réunion d’Annapolis, croyaient que la paix était possible.

AMI D'Israel
tunis
tunirael@laposte.net




Commenter cet article