Désaccord entre rabbins, mais que disent les textes?

Publié le par mai_si

La raison dépasse t´elle l´entendement?
------------
26/03/08

La Knesset a voté une loi décrétant la mort clinique, "mort légale", ce qui permettra aux médecins d'avoir recours aux prélèvements d'organes chez des individus dont le cerveau a cessé de fonctionner, mais dont le cœur continue de battre.
Ce projet de loi s'est heurté à l'opposition de députés du parti orthodoxe Yaadout Hatorah, qui jugent qu’un homme n'est décédé que si son cœur a cessé de fonctionner, alors que cette question fait l'objet d'un débat dans le monde religieux, une grande partie du rabbinat considérant légitime de prélever des organes sur une personne en état de mort clinique, dont notamment le grand rabbin Ovadia Yossef.

Israelinfos

-----------------

video: http://www.infolive.tv/fr/infolive.tv-20375-israelnews-dr-lavi-lhistoire-extraordinaire-des-transplantations-de-coeur-en-is

Infolive.tv

-----------------

Le Monde (AFP) : “Présentée par le gouvernement, elle a été adoptée en deuxième et troisième lecture par 24 voix contre 5, sur 120. Elle s’est heurtée à l’opposition de députés ultra-orthodoxes, s’appuyant sur la tradition religieuse selon laquelle un homme n’est mort que si son coeur a cessé de battre.

Le Parlement a en outre adopté une seconde loi encourageant le don d’organes de personnes vivantes en leur faisant bénéficier d’une indemnité, tout en pénalisant le trafic d’organes”.


------------------

Juifs et Chrétiens à l'aube du XXIème siècle
Table ronde: la peur de la mort a t-elle changé? (120 mn)


video: http://www.akadem.org/sommaire/module_3867.php

akadem

------------------


Israël: une loi sur la définition de la mort révolutionne les dons d'organes

Désormais la loi israëlienne définit la mort comme étant la cessation de l'activité cérébrale. Un changement de définition qui va révolutionner les greffes dans le pays.

Cette loi, présentée sur proposition d'Otniel Schneller, député du parti centriste Kadima, a été votée lundi soir par 38 voix contre 17. Selon ce texte, le décès sera désormais constaté avec l'arrêt des activités cérébrales et non plus lorsque le coeur cesse de battre, comme le stipulait jusqu'ici la "Halacha", la tradition religieuse juive.

Loi révolutionnaire

Cette définition de la mort, nouvelle pour le judaïsme, permettra de prélever des organes qu'il est impossible d'utiliser pour des transplantations après la cessation des activités cardiaques et respiratoires. Cette loi révolutionnaire a fait suite à de très longues tractations de M. Schneller notamment avec le Grand rabbinat d'Israël, les commissions parlementaires des Affaires sociales, du Travail, de la Santé, ainsi que des représentants du corps médical israélien.

Au final, le texte a obtenu le soutien simultané des rabbins se réclamant de la mouvance du parti orthodoxe séfarade Shass et du Parti national religieux. Désormais, le décès sera établi par la cessation totale des activités cérébrales, en fait trois encéphalogrammes plats réalisés à divers moments, et constaté par deux médecins, avec le consentement de la famille. Ces deux médecins doivent être assermentés par un comité conjoint comptant trois médecins, trois rabbins, une autorité morale et un juriste.

Grave pénurie d'organes liée aux croyances religieuses

Les superstitions, préjugés, croyances, des questions d'éthique et notamment les réticences des milieux juifs orthodoxes ont jusqu'ici provoqué une grave pénurie de donneurs. La "Halacha" prévoit d'inhumer le corps dans son intégralité. Mais, toutes voix confondues, les diverses tendances du judaïsme affirment aussi que le don d'organes est un acte de foi car il permet de sauver des vies, ce qui est considéré comme un devoir sacré.

L'organisation Adi pour les dons d'organes n'a enregistré que 400 000 donneurs sur une population de 7,3 millions d'habitants, et quelque 800 patients sont en attente de greffe. Seules 280 transplantations ont pu être réalisées en 2006 en Israël, selon des données citées par le quotidien Haaretz. Résultat: l'État hébreu fait figure de paria dans le monde de la transplantation. En 1997, la banque internationale d'organes qui fonctionne en Europe l'a même brièvement suspendu, car il ne faisait que recevoir des organes sans en donner.

La Loi Schneller, qui doit entrer en vigueur le 1er mai, encourage par ailleurs le don d'organes de personnes vivantes en leur faisant bénéficier d'une indemnité, et pénalise sévèrement le trafic qu'elle considère comme un crime, tant en Israël qu'à l'étranger.

source: L´essentiel Act. 26.03.08
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article