Djihad intérieur? Mahomet l´excellent modèle de conduite!

Publié le par mai_si

Mythe - Djihad, un combat intérieur

La Chasse aux infidèles

Mythe - Djihad, un combat intérieur

La Chasse aux infidèles


"The sword is too much in evidence among Mussalmans [Muslims]. It must be sheathed if Islam is to be what it means - peace." Mohandas Gandhi

La traduction première du mot djihad veut dire combat. Les musulmans modérés nous répètent que le djihad est une métaphore, qu’il s’agit d’un combat intérieur d’ordre mystique. Qu’en est-il vraiment ? Peut-on redéfinir un mot en faisant fi de son étymologie ? Le djihad demeure l’un des devoirs fondamentaux de tout musulman. Selon les écoles officielles, le but ultime du djihad est de répandre l’islam à travers le monde pour créer une hégémonie islamiste.

Plusieurs passages du Coran et des Hadiths permettent aux djihadistes d’aujourd’hui de justifier leurs actions et de recruter de nouveaux guerriers souvent au sein même de la communauté musulmane modérée.

Aucune organisation musulmane importante et officielle n’a rejeté la doctrine du djihad dans sa version offensive (voire non métaphorique). L’idéologie du djihad est un chemin « acceptable » pour chaque musulman qui a la volonté et les moyens de le suivre. Peu importe que cette idéologie nie l’égalité, les droits et la dignité des incroyants. Le djihad offensif reste trop fondamental à travers l’histoire de l’Islam et est trop souvent invoqué par les terroristes d’aujourd’hui pour être relégué à une pratique archaïque et métaphorique.

L’idée qui veut que le djihad soit un combat intérieur est une notion principalement véhiculée en occident pour plaire aux occidentaux. Nonie Darwish nous met en garde. Il faut cessez selon elle de croire que le djihad intérieur est une notion répandue dans l’enseignement de l’islam. Selon son expérience, ceux qui sont éduqués au Moyen-Orient apprennent que le djihad est un combat qui n’a rien de symbolique.

Il y a plus de 160 versets dans le Coran traitant directement du djihad. Toute la doctrine du djihad (quand bien même il serait intérieur) est fondée sur des principes discriminatoires qui placent le musulman en état de supériorité face au non musulman [1].

Au-delà de la question étymologique, c’est dans l’exemple de la vie de Mahomet que se définit le djihad.

En observant comment Mahomet lui-même a pratiqué le djihad, on voit que la nature militaire et offensive du djihad n’est pas ambigüe. Le prophète était un guerrier qui aurait lui-même initié des combats armées et des expéditions militaires contres les infidèles - 78 batailles militaires dont 77 à l’offensives - ce qui va à l’encontre du mythe selon lequel le djihad ne serait qu’une action défensive [2].

Pour tout musulman pieux, il faut calquer les actes du prophète Mohammed autant qu’honorer le Coran et Allah, comme en témoignent ces passages du Coran :

« il (Prophète) est un excellent modèle de conduite » [3]

« Il démontre un standard de personnalité exalté » [4]

« Qui obéit au messager (Mohammed) obéit autant Allah » [5]

Et nombreux sont les autres passages du coran qui vont dans ce sens. [6]

Suivre l’exemple de Mahomet fait aussi jurisprudence dans le corpus légal Islamique. Il est à imiter, en attitude et en comportement.

Le djihadiste guerrier sanguinaire et le musulman modéré réformateurs invoquent tous deux l’exemple de Mahomet pour justifier leurs actes. Ultimement, si Mahomet était un guerrier, les modérés pourront-ils réussir ce qu’ils prétendent, c’est-à-dire transformer l’Islam en une religion pacifique et moderne ? Ou bien, ceux qui suivent l’exemple de Mahomet en viendront-ils inexorablement à des attaques offensives contre les infidèles ? (Peut-être métaphoriquement mais quand même...)

La réponse est inquiétante quand on voit comment les musulmans deviennent de plus en plus hostiles à l’occident [7].

Par Esta Natelli

Plus d´infos et commentaires:

http://www.pointdebasculecanada.ca/spip.php?article4

Commenter cet article