1919, l’émir Fayçal reconnaissait la Palestine en tant qu’Etat juif.

Publié le par mai_si

En vertu des accords Mac Mahon-Hussein de 1915, les Anglais s’étaient, en effet, engagés à constituer, après les hostilités, un grand royaume arabe dont le souverain serait le chérif de La Mecque, Hussein. Celui-ci se verrait ainsi récompenser du rôle qu’il avait joué dans le déclenchement de la « révolte » de la péninsule arabique contre les Turcs. En fait, cette « révolte » ne disposa jamais de plus de quelques centaines de combattants à la fois et son rôle militaire, limité à quelques opérations de razzia, fut inexistant.

Elle ne dut de passer à la postérité qu’à l’imagination de Lawrence d’Arabie, l’un des plus habiles mystificateurs du XXe siècle. L’engagement juridique contracté par la Grande-Bretagne envers le chérif Hussein allait, assez curieusement, servir par la suite de fondement à la revendication arabe sur la Palestine. Or, celle-ci était indubitablement exclue du territoire assigné au futur royaume arabe, ainsi que l’admit expressément le fils du chérif Hussein, l’émir Fayçal, reconnu par les grandes puissances comme le représentant des Arabes du Proche-Orient à la Conférence de la Paix de Versailles en 1919. Le 3 janvier 1919, l’organisation sioniste, Haïm Weizmann, un accord aux termes duquel le royaume arabe, prévu par les accords Hussein-Mac Mahon, reconnaissait la Palestine en tant qu’Etat juif. L’article 4 de cet accord stipulait : « Toutes les mesures nécessaires seront prises pour engager et stimuler l’immigration des Juifs en Palestine sur une meilleure mise en valeur du sol et par une culture intensive ».

Deux mois plus tard, Fayçal écrivait au dirigeant sioniste américain Félix Frankfurter : « Notre délégation à Paris est parfaitement au courant des propositions que l’Organisation sioniste a soumises hier à la Conférence de la Paix et elle les considère comme tout à fait modérées et bien fondées ». Or, ces propositions incluaient dans les territoires dévolus à l’Etat juif, non seulement la Judée Samarie (ou Cisjordanie), mais une partie (20 000 km2) de la Jordanie actuelle. »

 Plus d´infos: Permanence de la présence juive en Terre d’Israël malgré la dispersion

http://www.jerusalemplus.com/551-SIONISME-Permanencedelapresencejuive.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article