Israel, un Etat "juif et démocratique".

Publié le par mai_si

... l'extrême-droite et les partis religieux contre la Cour, accusée d'être trop laïque et libérale et de privilégier la défense de la démocratie à celle du caractère juif de l'Etat.

----------

Israël: le gouvernement propose de réduire les pouvoirs de la Cour suprême

JERUSALEM - Le cabinet israélien a adopté dimanche à une courte majorité une proposition de loi controversée visant à réduire les pouvoirs de la Cour suprême face au Parlement (Knesset), a-t-on appris de source gouvernementale.

La proposition de loi élaborée par le ministre de la Justice, Daniel Friedman, empêche pratiquement la Cour suprême d'annuler une loi du Parlement au motif qu'elle serait inconstitutionnelle.

Elle a été adoptée par 13 voix contre 11, malgré la vive opposition des ministres travaillistes. Les quatre candidats à la succession du Premier ministre Ehud Olmert au sein de son parti Kadima ont voté contre.

M. Olmert, soupçonné dans des affaires de corruption, doit donner sa démission après les primaires de son parti, le 17 septembre.

La proposition de loi stipule que la Cour suprême ne pourra annuler une loi du Parlement qu'à une majorité des deux tiers des juges et que, dans ce cas, la Knesset pourra encore faire passer la loi si elle se prononce à la majorité absolue lors d'un second vote.

La décision du gouvernement, qui pour avoir force de loi doit encore recevoir l'aval de la Knesset, s'inscrit dans une campagne systématique menée depuis plusieurs années par l'extrême-droite et les partis religieux contre la Cour, accusée d'être trop laïque et libérale et de privilégier la défense de la démocratie à celle du caractère juif de l'Etat.

Sous sa formulation présente, elle empêcherait la plus haute instance judiciaire d'opposer son veto à des lois qu'elle jugerait discriminatoires, contraires au respect des droits de l'Homme et à la loi fondamentale de 1992, qui stipule qu'Israël est un Etat "juif et démocratique".

Le ministre de la justice a estimé que cette loi "renforcerait l'exécutif et le pouvoir du Parlement sans porter atteinte aux prérogatives de la Cour suprême, qui se verrait reconnaître pour la première fois formellement le droit d'annuler des lois", quitte à ce que ce droit soit limité.

Le ministre de la Défense Ehud Barak, au nom du parti travailliste, s'est lui opposé à "toute atteinte à la Cour suprême", lors d'un vif échange avec M. Olmert.

L'Association israélienne des droits civiques, l'une des plus importantes ONG israéliennes de Défense des droits de l'Homme, a dans un communiqué stigmatisé cette proposition de loi, estimant qu'elle "portait un coup fatal à la démocratie en instaurant la dictature de la majorité".

L'ancien ministre de la justice, Yossi Beilin, du parti Meretz (opposition de gauche), l'a qualifiée de "loi scélérate".

source: romandie, 07 septembre 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mivy 08/09/2008 14:42

Israël ne peut pas être juif et démocratique, car on ne sait pas ce que veut dire juif. Le mot a deux sens (au moins)
1) Confession juive
2) Peuple juif

On peut appartenir au peuple juif et être athée, franc_maçon, voir être chrétien comme Mgr Lustiger, ou pourquoi pas musulman. Appartenir à un peuple signifiant en partager les aspirations, le mode de vie et de pensée.

On peut être de religion juive sans se sentir appartenir au peuple juif, comme les Netouré Karta par exemple, ces misantropes, réclament leur rattachement à l'état arabe de Palestine.

Si c'est la religion qui fait le juif, on est juif par ce qu'on est considéré comme tel par les autorités religieuses, ce sont donc elles qui fixent la nationalité. La loi des hommes, des députés passe après la Thora. Le pays juif au sens religieux du terme est au main des rabbins qui disent ce qu'il faut faire en fonction de la Thora et de la Hallah'a. Il n'est plus question de démocratie, car le peuple ne peut pas s'exprimer contre la Thora.

* Si le mot juif veut dire peuple juif, la démocratie est possible, vu que tout le monde peut y adhérer, s'il le souhaite, quelque soit ses convictions. Le peuple fixe la loi, la même pour tous. Le pays peut être juif et démocratique.

Pour certains en Israël est juif celui qui est "chomer mitza", Tel Aviv, c'est Sodom, quand aux arabes ce sont des étrangers même s'ils sont là de toujours. Ils n'ont pas pas une vision démocratique où la majorité fait la loi.

mai_si 09/09/2008 16:06



Dans un régime démocratique les citoyens votent toutes les lois et participent en "temps réel" à la vie politique, le peuple
se donne des représentants, logiquement, un peuple qui élirait à une majorité des décideurs religieux, adhérerait à un système démocratique.