Véracité de la Torah et accumulation de preuves archéologiques

Publié le par mais_si

Archéologie biblique : nouvelle découverte "monumentale"

 

Les excavations de la forteresse d’Elah, effectuées sous la supervision de la Fondation Stone, dirigées par les professeurs Yossef Garfinkel et Igal Yadin, de la chaire d’archéologie de l’Université Hébraïque de Jérusalem, semblent avoir révélé, à nouveau, des secrets d’une extrême importance. Ceux-ci parlent de "découverte monumentale".

 

Les archéologues affirment en effet avoir découvert un second pont à la ville. Il s’agit de l’un des "deux ponts" découverts dans le Royaume de Yéhouda, et appelés "Shaaraïm" dans la Bible, soit littéralement "les deux ponts".

 

Le précédent pont avait été découvert il y a quelques semaines, faisant face à l’est, en direction de Jérusalem. Cette découverte faisant partie, selon le professeur Garfinkel, d’une ville de Judée, attesterait l’idée d’une partie d’un ensemble régional connecté au royaume du souverain David.

 

Ce pont constitué de grosses pierres, pesant chacune 10 tonnes, pousse les archéologues à penser que la fortification de la ville fut orchestrée par une sorte de gouvernement central.

 

La datation au carbone 14 opérée sur un noyau d’olive brûlé découvert sur le site a déjà démontré que cette ville datait de 1000-965 avant l’ère vulgaire, époque du règne du roi David.

 

Cette découverte est la première du genre à dater de l’Age de Fer, concernant une ville fortifiée possédant deux ponts.

 

Selon les chercheurs, il s’agirait bien de la ville judéenne de Shaaraïm.

 

"Cette découverte est extrêmement importante, dans la mesure où elle nous permet de mieux appréhender la valeur essentielle de l’histoire de ce site, particulièrement pour son rôle dans le royaume de Yéhouda", déclare Barnea Selevan, co-directeur de la Fondation Stone, qui ajoute "Shaaraïm apparaît à trois reprises dans la Torah, et deux fois pour être associée au Roi David".

 

"Faire deux découvertes d’une telle importance dans un laps de temps si court est pratiquement sans précédent dans le domaine de la recherche archéologique biblique. Sur un espace déjà relativement petit de recherche, nous sommes maintenant très impatients de voir la suite que vont prendre nos travaux !", s’enthousiasme le professeur Garfinkel.

 

source: Arouts7, par Raphael Aouate 20 novembre 2008

Commenter cet article