M. Netanyahu: "Israël doit rester sur le plateau du Golan"

Publié le par mais_si

Netanyahu: Olmert n'a pas mandat pour négocier avec la Syrie

Le leader de l'opposition de droite israélienne, Benjamin Netanyahu, et d'autres dirigeants politiques de différentes tendances, ont dénié vendredi au Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert le droit de négocier un accord de paix avec la Syrie.

"Les concessions du gouvernement Olmert ne m'engageront pas, car à mon avis Israël doit rester sur le plateau du Golan" a déclaré à la radio publique M. Netanyahu, favori des sondages pour prendre la tête du gouvernement après les législatives de février prochain.

Un dirigeant du propre parti d'Olmert, le Kadima, Tzahi Hanegbi, président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense, a lui aussi désavoué le Premier ministre.


"Il n'est pas crédible de croire qu'un gouvernement transitoire qui n'a pas de mandat parvienne en quelques semaines de régler un conflit de plusieurs décennies", a renchéri M. Hanegbi.

"Si un jour un accord avec la Syrie sera possible, il ne pourra être obtenu que par un gouvernement dûment mandaté" a-t-il ajouté, estimant que "Damas n'a donné aucun signe de sa volonté de rompre son axe avec Téhéran".


A gauche, la député du parti Meretz, Zaava Galon, a elle aussi affirmé que M. Olmert ne disposait pas "de la légitimité nécessaire pour négocier un accord, que le Parlement présent n'approuverait certainement pas", tout en se déclarant sur le fond favorable à un retrait du Golan en échange de la paix.


Jeudi soir, Ehud Olmert, qui doit se rendre lundi en Turquie, a affirmé qu'un "accord de paix avec la Syrie était du domaine du possible".


"Les discussions que j'ai lancées avec la Syrie par l'intermédiaire de la Turquie doivent se poursuivre, elles relèvent de l'intérêt supérieur d'Israël", a-t-il déclaré.


Selon le quotidien israélien Yediot Aharonot, l'optimisme du chef du gouvernement est lié à une rencontre secrète qu'il a eue à Londres le 16 décembre et à un échange de messages avec la Syrie sur les bases d'un règlement de paix.


La quatrième et dernière série de discussions indirectes entre Israel et la Syrie a eu lieu en Turquie fin juillet sans résultat probant. Une cinquième série de discussions prévue le 18 septembre avait été reportée à la demande d'Israël.


M. Olmert, mis en cause par la police dans des affaires de corruption, dirige un cabinet de transition jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement issu des législatives anticipées du 10 février.


Israël et la Syrie, qui sont en en état de belligérance depuis la première guerre israélo-arabe de 1948, mènent depuis mai des discussions indirectes via la Turquie.


La Syrie réclame en échange de la paix la restitution totale du plateau du Golan jusqu'aux rives du lac de Tibériade, principale réserve d'eau douce d'Israël, ce qu'Israël a toujours refusé.


Israël pour sa part réclame de la Syrie qu'elle rompe ses liens privilégiés avec le régime de Téhéran, son ennemi juré, et cesse tout appui au Hezbollah libanais et au Hamas palestinien.


Israël a annexé le plateau stratégique du Golan en décembre 1981 et quelque 20.000 colons y vivent.

source: Le Monde

Commenter cet article